Le retour du guerrier

Bon, vous vous en doutez (vu que je ne vous saoule plus avec ça): mon homme est rentré.


Rendez vous donné jeudi dernier, à 19h15 sur le parking de la base. Il arrive dans la voiture de son collègue, rapide bonjour à ce
dernier, puis hop les sacs dans le coffre et on fonce à la maison.


S’en ai suivit un petit malentendu. Vite réglé, heureusement, et j’ai pu enfin me blottir dans ses bras et entendre au même moment cette
phrase merveilleuse : « ça fait trois semaines que j’attends ce moment là »


Et moi donc !! Ça faisait trois semaines que j’en rêvais, trois semaines que je serrais dans mes bras le deuxième oreiller par dépit. Et
puis là ça y est, il était la en face de moi. Et je pouvais le toucher et l’embrasser et le…hop là, je m’emballe.


Lui aussi s’est emballé, pour preuve blottit contre moi, il s’est brusquement écarté et m’a dit avec un grand sourire: « montes dans la
chambre, je rentre les furets et j’arrive ».

J’imagine qu’il est inutile de vous préciser ce qui a suivit…




Enfin, voilà. Il est de retour, avec la belle qualification « chef d’équipe » qui va bien. Si tout se passe bien, à la fin de l’année il est SOC et l’année prochaine (je crois), un grade de plus
!

Et dans deux ans, voir moins, on ne sera peut être plus ici. Ben oui, il y a de forte « chance » que la base ferme, je l’avais déjà
évoqué, mais ça se précise et dans tout les cas, même si elle ne ferme pas, une bonne partie des militaires devrait être mutés… 


C’est bizarre mais d’un coté, je suis follement excitée par tout ça. Bouger, quitter cet endroit, découvrir de nouvelles choses, de
nouvelles personnes, ça doit être super !! Et en même temps, je suis morte de peur…bouger, quitter cet endroit, découvrir de nouvelles choses, rencontrer de nouvelles personnes, j’avoue que ça
me fait pas mal flipper. En plus les lieux possibles de nouvelles affectations, ne sont pas ceux que je préfère…pfff.

J’ai hâte d’être au 3 juillet pour en savoir plus, et en même temps, je ne suis pas sur d’avoir envie de savoir.

Restons zen ! Rien n’est encore fait. Ça se trouve, la base ne fermera pas et il ne sera pas muté…

2 thoughts on “Le retour du guerrier”

  1. J’adore le « je rentre les furets… » !!! Monsieur a peur pour ses attributs ???

    Bisous P1prenelle !

  2. Lol ! Je ne pense pas. En plus les poilus n’ont pas acces à la chambre. Ils n’ont heureusement pas encore compris qu’il y avait un escalier dans la pièce. Par contre, un furet c’est pire qu’un
    gosse, faut toujours avoir un oeil sur lui si tu veux pas qu’il fasse une connerie ! Du coup, si on veut pas etre dérangé au mauvais moment par un bruit suspect (vase brisé, furet sur l’ordi ou
    dans l’imprimante) mieux vaut les rentrer…

    Bisous

Comments are closed.