Populaire !

 

 

S’il y a bien quelque chose qu’on peut dire à propos de moi, c’est que j’ai été une fille populaire.
 
En primaire déjà, j’avais tout une bande qui gravitait plus ou moins autour de moi, au collège idem. Je faisais partit des filles "en vue", celle que tout le monde connaît et apprécie.
 
Ce phénomène à duré durant toute ma scolarité. Je n’ai jamais eu de problème pour me faire des amis et il était quasiment impensable pour moi que quelqu’un puisse ne pas m’aimer ou pire me détester.
 
Bien sur, je n’étais pas naïve au point d’ignorer que s’il m’arrivait de ne pas apprécier  particulièrement une personne, il y avait bien des gens qui devaient penser la même chose pour moi.
 
Aujourd’hui encore, je suis une fille apprécié. J’ai beaucoup d’amis.
Je suis plutôt drôle et vive. Et pas plus bête qu’une autre. Je n’ai aucun mal à me faire une place dans le cœur des gens que je rencontre.
 
Pourtant, il m’est toujours aussi difficile d’admettre que des gens ne puissent pas m’apprécier.
 
Je ne sais pas si ça vous arrive parfois, mais pour moi, il ne suffit parfois que de quelques secondes pour savoir que je ne vais pas aimer la personne que je viens tout juste de rencontrer. Et même si cette dernière n’a pas encore prononcé le moindre mot.
C’est juste physique, c’est comme ça. Quoi qu’il arrive, ça ne passera pas.
 
Il arrive aussi qu’il me faille plus de temps pour me faire mon opinion.
 
 
Il y a environ 2 ans et demi, j’ai rencontré un type, un ami de mes amis.  
Polie et sociable comme je suis, je ne tarde pas à faire connaissance avec ce mec. On discute et je plaisante même avec lui. Il ne me parait pas être trop crétin…tout va bien.
 
Pourtant au fur et à mesure des occasions durant lesquelles nous allons nous croiser, je vais de moins en moins l’apprécier, sinon le tolérer.
 
Un jour, avec mon homme, nous allons chez des amis (les amis de ce fameux type). Et il est là lui aussi. Il se trouve qu’il s’est teint les cheveux en blond…
Tout le monde le taquine plus ou moins sur sa nouvelle blonditude, rien de bien méchant.
 
Au moment de partir, alors que je m’apprête à monter dans la voiture, mon homme lance une dernière blagounette au nouveau blond qui visiblement le prend mal, et menace mon homme s’il n’arrête pas. 
 
Ce dernier, grand sourire aux lèvres lui rétorque que s’il n’apprécie pas les blagues, il n’avait qu’a le dire plus tôt (et nous aurions arrêté), au lieu de prendre la mouche alors que c’est la fin de la soirée…
 
L’autre continue d’être menaçant.
Mon chéri laisse courir.
L’histoire en restera là.
 
Mes amis se sont excusés pour lui. Et depuis nous ne l’avons plus revu. Ça tombait bien, on ne l’appréciait pas plus que ça…d’ailleurs, lui non plus… Comment ? ce crétin ne m’appréciait pas, moi ?!!!
 
 
Bref.
 
Samedi soir, raclette chez ces amis. Nous arrivons. J’aperçois un type inconnu dans un coin, je suis polie, je m’approche pour lui dire bonjour, quand je reconnais le blond (qui ne l’est plus maintenant), je n’arrête pas mon geste pour autant.
J’ai même fais des efforts, en lui disant bonjour sur un ton presque enjoué, comme si j’étais heureuse de le voir…
Il se trouve qu’il ne s’est pas attardé. Il n’était pas prévu qu’il reste manger avec nous et s’est éclipsé après avoir bu une bière à l’opposé de la table, sans un regard, sans une parole.
 
Je ne sais pas pourquoi, mais le revoir, ça m’a de nouveau énervé. Ce n’est pas lui qui m’énerve, je m’en fous de ce type. Je l’avais presque oublié! C’est juste que je lui en veut de ne pas m’apprécier.
C’est fou, mais ça m’a embêté toute la nuit cette histoire !
 

 

 

9 thoughts on “Populaire !”

  1. En ce qui me concerne, c’est exactement l’inverse de toi. Je ne comprends pas qu’on puisse m’apprécier et j’ai beaucoup de mal à le croire quand ça arrive. Mais, je comprends ton sentiment. Ça doit faire tout bizarre de découvrir que qqun ne nous aime pas quand on est en général aimé partout où on passe.

  2. Il y a pas mal de monde qui tourne autour de moi. Le truc, c’est que j’aime pas les gens, alors je suis désagréable, vulgaire, et hautain, juste pour être détesté… Mais ça donne l’effet inverse à celui désiré : plus je suis désagréable, plus on m’apprécie!
    Et à bien y regarder, la seule fille que j’ai vraiment aimée, c’est celle qui m’a fait le plus de mal et qui m’a traité, disons-le franchement, comme une grosse merde!

    Donc, si ce garçon ne t’aime pas, ou fait mine de ne pas t’aimer, c’est simple; envoie-le chier, le plus fort possible. Effet Boomerang j’appelle ça ; c’est lui qui va revenir tout seul !

  3. @ Béatrice: Ah bon ? Quand même, à moins d’être vraiment détestable (et tu n’en a pas l’air), il est difficile de ne pas se faire aprécier par la majorité des gens. Je pense que c’est aussi une question de confiance en soi, d’image de soi. Si on s’apprécie tel qu’on est, on aura plus de facilité à se faire aprécier des autres. Enfin, c’est comme ça que je le vois.

    @ Labaidai: Certaines personnes sont toujours plus ou moins attirées par de « mauvaises » personnes. C’est un peu comme les filles qui aiment les « mauvais garçons ». Il y a comme un mystère, les gens se disent que cette personne ne peut pas être si méchante que ça, que ce n’est qu’une façade, qu’il y a sans doute un problème sous-jacent. Le genre de profils qu’adorent les « âme St Bernard », c’est comme ça que j’appelle les gens qui s’accrochent aux personnes détestable. Ce n’est pas du tout mon truc…
    Ce type tu vois, je n’ai pas envie qu’il revienne avec l’effet boomerang que tu décris. Je vais juste l’effacer de ma mémoire et comme il est peu probable qu’il croise de nouveau ma route, ça ne sera pas difficile !! :smile:

  4. Mais on ne peut pas être aimé de tout le monde ma bichette !! Tu n’aimes pas tout le monde toi ?! Et puis qu’est-ce que ça peut faire…? En général, tu remarqueras qu’on n’est pas aimé de gens que l’on n’aime pas soi-même, donc tout va bien !

    Les autres n’ont que l’importance qu’on leur accorde… Tu verras qu’on vit bien mieux quand on cesse de ne vivre que dans et pour leur regard !

    La popularité, c’est relatif… On peut être entouré et seul… Surtout au collège ou au lycée où il est de bon ton d’avoir un maximum d' »amis »… Il semble que ça perdure chez certains à l’âge adulte si j’en juge par l’engouement des masses pour le « phénomène » fessebook…

  5. @ Didou: Non, c’est vrai je n’aime pas tout le monde !! :wink: J’aime surtout les gens biens !! :grin:
    Il semblerait que les gens très populaires n’est pas « vrais » amis. Tellement de « copains » que finalement, aucun n’est proches. C’est ça fessebook en fait ! T’as plein de potes, mais t’en connais aucun ! C’est pour ça que j’aime pas Fessebook, c’est nul, mais surtout j’y comprend rien !! :twisted:

  6. Ouh la, on est carrément différentes! sérieux, si tout le monde m’appréciait je me sentirais chez les Bisounours… Non merci!

  7. Moi, si je n’aime pas quelqu’un, je préfère qu’il ne m’aime pas non plus. Je vais rester polie mais je vais tenter de lui envoyer des signaux pour lui dire que je ne l’aime pas.
    Il y en a un dans mon groupe d’amis que je ne supporte pas. Il ne dérange pas les autres, ils le tolèrent, mais moi je dois vraiment faire des efforts…
    Déjà « physiquement », comme tu dis, je ne l’aime pas. Mais alors en plus il a un problème d’haleine, et je suis quelqu’un d’extrêmement sensible aux odeurs. Et en plus, quand il me parle, ce n’est que pour me dire des conneries. Alors ça m’énerve que de un il me dise des conneries pour de deux, littéralement « m’enfumer » ^^
    Du coup, c’est physique, y a rien à faire. Dès que je le vois, faut que je l’évite. Et bien évidemment, ça ne marche presque jamais :(

  8. Je suis pareil que toi et je comprends tout à fait. C’est difficile à expliquer. J’aime les gens et je n’aime pas ne pas être aimé. Et je fais souvent tout pour l’être au détriment de moi-même bien souvent. J’ai tendance à faire passer tous les gens que j’aime avant moi. Tout le monde me dit que je suis le roi des cons et que je devrais bien plus penser qu’à ma gueule. Sauf que je n’y arrive pas. Ce n’est pas « moi ».

  9. @ Fofita: Moi j’adore les bisounours !! :grin:

    @ Lowett: Dans ton cas en plus, c’est délicat. S’il fait partit de ton groupe d’amis c’est difficile de l’éviter… :twisted:
    Moi quand je n’aime pas quelqu’un, et que je dois côtoyer ce quelqu’un, je lance des pics, des petits vannes. ça peut paraître innocent, mais ceux qui me connaissent bien savent toujours faire la différence quand je taquine et quand je taille vraiment la personne.
    En tout cas bon courage…propose lui un chewing gum, il finira peut être par comprendre. :grin:

    @ Tom: Il a pu m’arriver de faire ça aussi. Trop bonne, trop conne ! Il a suffit qu’une fois on me prenne vraiment pour une conne, que ça me fasse vraiment du mal et que ça m’attire même des problèmes, pour que ça fasse comme un électrochoc. Depuis, je fais bien attention! Je veux bien aider toussa, mais faut pas pousser. Il ne faut pas trop se laisser « bouffer » par les gens.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

CommentLuv badge