Vu: Confessions d’une accro du shopping

 

 

 
 
   Après ma virée shopping d’hier (pendant laquelle j’ai enfin trouvée des chaussures ouvertes à mon goût, mais ceci est une autre histoire) j’ai eu l’occasion de voir Confessions d’une accro du shopping un peu avant sa sortie en salles.
 
 
 
Confessions d’une accro du shopping est donc l’adaptation du célèbre premier roman éponyme des aventures de Becky Bloomwood, écrit par Sophie Kinsella.
Si vous avez lu le roman, inutile que je vous rappelle qui est Becky, dans le cas contraire, voici ce qu’en dit Allociné:
 
 
Vive et charmante, Becky Bloomwood est une accro du shopping. Passionnée de mode, elle est incapable de résister au plaisir d’acheter tout ce qui est branché, tendance, trendy…
Obligée de trouver un job pour financer ses achats impulsifs, elle obtient un poste – ô ironie ! – dans un magazine financier. La voilà expliquant aux lecteurs comment gérer leur argent au quotidien, alors qu’elle passe son temps à dépenser le sien dans les boutiques !
Becky se retrouve vite dans une situation délicate qu’elle cherche à cacher à son patron, un homme très attirant…
 
 
Tout d’abord, sachez que si vous avez lu le roman vous risquez d’être légèrement déçu.
 
L’action qui se déroule initialement à Londres se retrouve ici transportée à New York.
 
Luke est loin, mais alors très loin, de tout ce que la plupart des femmes se le sont imaginé.
 
Et si certaines scènes du film sont directement tirées du roman, d’autres parties se retrouvent catapultées du 3eme livre dans le premier (à supposer qu’il y en ait d’autre) film…
 
Mais mise à part ces petits détails, que certaines fans n’ont visiblement pas appréciés, le film reste fidèle à l’esprit des livres.
 
L’humour est au rendez vous et je me suis surprise à sourire voir à rire, principalement grâce à la prestation d’Isla Fisher qui ne ménage pas ses efforts pour paraître (avec succès) ridiculement drôle ou drôlement ridicule, c’est selon. :wink:
 
 
 
 
 
 
Bref rien de bien transcendant pour ce film d’1h46 qui, bien que visant un public principalement féminin, n’est pas pour autant rédhibitoire pour les hommes.
 
Un film sympa donc et sans prétention, qui finalement rempli bien son rôle: nous divertir. Et après tout, on ne lui en demandait pas plus  :wink:
 
Confessions d’une accro du shopping (Confessions of a Shopaholic)
1h46, sortie en salle (en France) le 20 mai.

 

 

7 thoughts on “Vu: Confessions d’une accro du shopping”

  1. J’ai lu toute la série de l’accroc du shopping, que j’adore et donc, je n’irai pas voir le film..enfin, je ne vais pas payer pour aller le voir.
    Enfin je dis ça mais j’ai été voir Dragonball :cry:

  2. @ TardisGirl: Ouais les adaptations au ciné sont souvent loupé. Chacun s’imagine les personnages à sa sauce et du coup, beaucoup de gens sont déçu. Si vraiment tu es fan des livres, il vaut mieux que tu attende le DVD :wink:

    @ La perchée de service: Même si l’actrice ne ressemble pas non plus vraiment à ce que je m’étais imaginé. C’est bien le seule réel intérêt du film. Sans elle il serait bien fade.

    @ Ness: Il faut croire que les américains sont incapable de concevoir qu’un film ne se déroule pas sur leur sol…

    @ Miss Brownie: En gros, ouais !! :smile:

    @ La Grenadine: Comme je disais à TardisGirl, chacun imagine ce qu’il vent en lisant donc il y forcément des déçus ! :wink:

    @ Bouclette: Bouh, Dragonball bouh !!! :lol:

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

CommentLuv badge