Les filantes

 
S'il y a bien quelque chose qu'on a tendance à oublier quand on habite en ville, ce sont les étoiles. Le ciel étoilé y est largement gâché par les multiples lampadaires et même la lune à du mal à s'y faire voir lorsqu'elle n'est pas cachée.
 
Pourtant moi, j'adore regarder les étoiles. Souvent, je m'étalais dans l'herbe chez mes parents et je regardais attentivement le ciel étoilés à la recherche des constellations mais surtout avec l'immense espoir que mon regard croise le chemin d'une "filante" comme je les appelais quand j'étais petite ^^
 
Il y a quelques années encore, j'avais tout le loisir de lever le nez vers le ciel la nuit pour les chercher. Et il n'était pas rare qu'avec la bande d'amis que je fréquentais alors, nous allions nous percher haut sur une montagne alentour, loin des lumières des villes et villages, et qu'allongés en rang d'oignons sur une couverture, nous chassions à plusieurs les fameuses filantes.
 
J'ai un souvenir tenace d'un soir particulier. Un souvenir qui me fait autant rire qu'il peut me rendre triste et nostalgique.
 
Nous étions cinq ce soir là. Allongés comme il se doit depuis plusieurs minutes déjà. Tous sauf moi avaient déjà eu le privilège de voir une "filante". Je commençais à me dire que ce soir n'était pas un bon soir pour moi lorsque d'un coup, une "filante" traversa le ciel de gauche à droite juste au dessus de nous.
 
Alors, comme un seul homme, nos mains se sont tendu vers le ciel alors que la filante filait déjà et nous nous sommes écriés: "Là !!", comme un cri unanime de soulagement avant de se mettre à rire devant tant de synchronisme.
 
Ce souvenir qui finalement ne représente que quelques courtes minutes d'une soirée entre amis comme j'en ai beaucoup vécu, je crois que je ne l'oublierai jamais. A lui seul, il représente toute mon enfance et mon adolescence dans une région qui chaque jour me manque et dans un environnement protégé et protecteur. Une période de ma vie qui suivait lentement son cours sans que rien ne vienne ne la perturber. Ni le présent, ni l'avenir.
 
Aujourd'hui les choses ont un peu changées. Hormis le fait d'avoir quitté ma région natale, (et  je dois reconnaitre que le Nord, ce n'est pas si horrible que tous les stéréotypes pourraient le laisser croire), je dois faire des choix et prendre des décisions qui auront une incidence sur mon avenir qu'il soit à court comme à long terme.
 
Une fois encore, ça se résume un peu à une question de géographie… Est-ce qu'on part déjà ? Est-ce qu'on reste jusqu'au bout ? Et si on part, où allons nous ? Est-ce que j'ai envie de repartir déjà et de tout recommencer ailleurs ? Les amis, le boulot ? Est-ce que je ne serais qu'une filante de passage à Cambrai ?
 
 
 
 
 
 

2 thoughts on “Les filantes”

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

CommentLuv badge