Euh, comment on fait pour se faire des amis ? J’ai oublié !

 

 

C’est vrai quoi, y’a un mode d’emploi ? Un genre de savoir secret qui disparaitrait en vieillissant grandissant ? Parce que moi je trouve que c’est plus difficile de se faire des amis quand on est adulte.

 

Déjà lorsqu’on est petit, y’a l’école. Donc on a pas le choix, on est obligé de côtoyer tout plein d’autres gamins. Du coup, tant qu’à faire autant que ça soit plus sympathique en se faisant quelques chouettes amis parmi tous ces compagnons de galère. Surtout que ça dure un sacré bout de temps l’école…

 

 

Toi, t’es vraiment un pote !!!!

 

 

Après, en grandissant donc, normalement on a tous un petit noyau de supers potes(ses) qui vont bien et on en rencontre éventuellement  d’autres lorsqu’on fait nos premiers pas dans le merveilleux « monde du travail » (à prononcer avec une grosse voix !)

 

Ça c’est dans la majorité des cas de figures. Ceux qui ont une vie tranquillou, sans déménagements trop fréquents. Parce que quand on bouge « souvent », qu’on laisse une bonne partie de ses amis derrière soi, il est drôlement difficile de s’en faire de nouveaux. Surtout quand on galère à trouver un emploi, surtout quand on habite à la campagne, surtout quand on a un bébé de 5 mois.

 

Quand on a migré dans le Noooord, j’ai eu du bol. D’une, j’ai trouvé du boulot rapidos (3 mois) et de deux, j’ai rencontré assez rapidement là aussi une siouper copine !! Le truc un peu dingue c’est que je l’ai rencontré grâce à mes furets !! Et internet un peu.

 

Bref. Ça fait maintenant 1 an et demi que nous sommes ici, près d’Orange et je ne connais toujours personne. Je n’ai aucun(e) ami(e) ici. Et comme je n’ai toujours pas encore trouvé LE SUPER BOULOT QUI VA BIEN, je n’ai même pas de connaissance(s)/collègue(s).

Au début je m’en fichais un peu. Mais là, ça commence sérieusement à me peser. Surtout quand M. l’Ours n’est pas là à vrai dire.

 

Je sens déjà que vous avez furieusement envie de me dire :  « faut sortir, faut aller faire une activité, rencontrer du monde… »

Sauf qu’avec Petit Ours c’est pas hyper pratique vous en conviendrez. Et puis les « autres » (sous entendu les gens qui ont à peu près mon âge), on déjà leurs amis, EUX. Ils sont donc déjà en troupeau et ne sont guère intéressés pour ajouter un membre à leur super groupe.

 

Exemple :  Au début de ma grossesse, j’allais à la piscine. Plusieurs fois j’y ai croisé 2 autres filles peut être un poil plus âgées et enceintes elles aussi. Malgré mes bonjours, mes sourires appuyés, elles ne m’ont jamais calculées.  :/  (ça devait être des grognasses jalouses de mon corps de déesse !! Oui, oui même enceinte, hihi !!!)

 

 

Vous aussi vous trouvez que c’est plus compliqué de se faire des amis quand on est adulte (gniii, voilà pourquoi je veux pas grandir ! Tout est tellement plus simple quand on est des gamins) ? Ou alors je suis juste une inadaptée sociale ?

Soyez sympa, rassurez- moi !

 

 

 

 

Photo

 

13 thoughts on “Euh, comment on fait pour se faire des amis ? J’ai oublié !”

  1. Moi j’ai trouvé plus simple, je n’en cherche pas. Quand j’ai débarqué à Dijon, j’ai sympathisé avec deux nanas : une qui faisait des sorties avec ses autres potes et ne m’y invitait jamais (sympa !) et une autre qui en fait profitait de moi en s’invitant à manger à la maison mais qui ne donnait plus de news pendant des semaines… Bref, étant déçue par l’amitié depuis le collège, et m’étant d’ailleurs résignée à ce sujet, je me contente des amies virtuelles et même si ça me manque un peu parfois, je sais que ce sont aussi des emmerdes en moins. Il est vrai que j’aimerais quand même rencontrer certaines filles du net mais à petites doses, ça m’irait très bien. En tout cas je compatis car je sais ce que c’est de vivre seule parfois, et il est vrai que ce n’est pas toujours facile. ;)

  2. Meme cas que toi ! Apres vu que le cheri a des potes sur paris et qu’ils ont des copines, j’ai pu m’en faire mais bon je les vois pas souvent ! les sseul que je vois sont mon ex colocataire (qui est ma best friend) et un pote que j’ai rencontré dans une ancienne boite ou on travaillait tout les deux ! Et on habitait a 30 secondes l’un de l’autre ca aidait ! Mais bon je suis aussi une grande timide (enfin ca dépend) mais c’est vrai que plus jeune on avait plus le contact facile ! Maintenant, c’est peut etre que chacun a sa petite vie je sais pas :(

  3. iWebgirl : C’est sur qu’après il y a amis et amis. C’est vraiment dommage que tu sois mal tombée. Il y forcément des gens sur Dijon qui valent la peine d’être rencontrés :) Mais je peux comprendre, comme on dit : mieux vaut être seul que mal accompagné.
    En fait, ce qui me manque vraiment ce n’est pas des amis, ce sont mes amis ! Alors certes, je n’en ai pas beaucoup mais au moins je sais que je peux compter sur eux.
    Pour ce qui est du virtuel, il y a moi aussi des gens que j’aimerai rencontrer IRL comme on dit. Mais la plupart des « opé blogeurs » auxquels j’ai été invitée (et où j’aurai pu rencontrer du monde) se font sur Paris, comme toujours. Après il est toujours possible de se faire une rencontre soit même mais comme on est vachement éparpillé c’est pas facile…


    Farfadette
    : Oui voilà c’est exactement ça : « chacun sa petite vie ». C’est dommage je trouve, avoir sa « petite vie » n’empêche pas de s’ouvrir aux autres. D’ailleurs c’est aussi valable pour certains de mes anciens amis qui à partir du moment où ils se sont mis en couple et/ou on eu des enfants ont carrément cessé toute vie sociale… -___-
    Pour moi aussi la plupart des gens que je vois désormais sont des amis de M. l’Ours et on ne peux pas vraiment dire qu’ils soient devenu les miens.

  4. Je me suis souvent posée la question…
    J’ai la chance d’avoir les mêmes amis depuis le lycée et la fac (j’en connais même certains depuis la maternelle!) mais je me doute que ce ne doit pas être évident quand on déménage ou qu’on a déménagé souvent.

    En tout cas, même si je ne connais pas bien Orange, si tu as envie qu’on se rencontre un jour sur Avignon par exemple, ce serait avec grand plaisir :)

  5. Pareil que toi, j’ai bcp déménagé (j’ai fait Belgique -France Belgique- New York- Belgique -Londres- Belgique – Londres) je n’ai pas encore trouvé ZE boulot (je suis nounouavec une petite de 5 mois, donc pas de collègues) et je trouve ça dur de se faire des amis,..

  6. Oh, *calins* ;) un peu comme toi, j’ai du mal à me faire des amis rapidement, j’ai tendance à rester chez moi et j’attends qu’on vienne vers moi pour communiquer. À Orléans, l’année dernière, heureusement que j’avais de super collègues qui venaient d’arriver sur Orléans aussi car je me serais sentie bien seule en semaine! Courage, il suffit d’un peu de chance pour que la roue tourne;) bisous miss et bon week-end!

  7. ElsaNeverland : Jusqu’à il y a quelques années j’étais comme toi avec ma bande d’amis que je connais pour la plupart depuis le collège. Maintenant avec la distance c’est plus compliqué…même si quand on se voit c’est toujours génial !!
    Et c’est vrai que tu n’es pas très loin ! J’avais complètement zappé !! Ça serait très sympa de se faire une petite rencontre =)

    Mlle Toutouille : Whaou tu fais pas semblant niveau déménagement ! Quand on change carrément de pays c’est encore pire j’imagine !! Entre la différence culturelle et l’éventuelle barrière de la langue (au début tout du moins)…

    Youggie : Merci <3 Je pense vraiment que le déclic c'est le boulot. Quand on bosse, on a une vie sociale généralement, ne serais-ce que grâce à ses collègues. Alors je croise les doigts pour que mes recherches et mes candidatures finissent par payer !

  8. Je suis assez d’accord avec toi. Sauf qu’au collège, je n’avais pas d’amis. Ma meilleure amie, je l’ai connue à la fac. Les autres sur le net mais, après 9 ans, je vois que ça s’émousse. Et au boulot, même si je m’entends bien avec deux ou trois collègues, elles ont aussi déjà leur cercle et, c’est vrai que c’est pas simple d’intégrer ce cercle où, de toute façon, on se sentirait un peu « bizarre » puisqu’on n’est pas dans les confidences et les complicités…
    Il y a des rencontres qui peuvent durer plus ou moins longtemps mais, des amis, des vrais, il n’y a pas de recette miracle… c’est un tout… La rencontre, l’alchimie, la complicité, les points communs… sans s’en rendre compte, on est devenus amis… Mais, « se faire des amis » je ne crois pas que ça fonctionne…les amitiés arrivent, comme ça, c’est tout. Ou pas.
    Le dernier article de Béatrice …Cloclo le film, impressions à distance.

  9. Béatrice : Mais c’est très vrai ce que tu dis ! D’ailleurs, avec ma « meilleure amie » (je déteste cette expression) on ne parvient pas à se souvenir comment on est devenue amies justement. En fait ça c’est fait naturellement, sans qu’on s’en rende compte comme tu dis. Alors disons que ce n’est pas vraiment des amis qu’il faut que je me fasse, mais des rencontres avec d’autres personnes et qui sait, peut être que l’une d’entre elle deviendra un/une ami(e).
    Le dernier article de P1prenelle …Hi, c’était vendredi #2

  10. J’avais pas mal de potes quand j’habitais sur Paris, puis ça a commencé à diminuer petit à petit. Et depuis que j’habite à Bruxelles, bah c’est le néant le plus total =/ Je t’avoue que ça ne me dérange pas (plus) trop, je m’y suis habituée, puis je préfère rester pépère chez moi ^^ Mais parfois, avoir une pote ici ça me manque, genre pour aller faire du shopping avec quelqu’un d’autre que mon mari ^^
    Après, il est vrai que je suis assez timide, et je préfère largement parler à l’écrit ^^

  11. Béné : Je suis parfois assez casanière par moment et j’aime bien être peinard chez moi. Mais voilà, comme tu dis certaine activités sont bien plus sympa avec une amie. Ne serais-ce que boire un verre ou se faire un repas tranquillou entre potes et ben ça me manque beaucoup parfois. Je vois arriver les vendredi et samedi soirs et il m’arrive souvent d’être toute triste de ne rien avoir de prévu parce que je ne connais personne avec qui faire quelque chose :/
    Le dernier article de P1prenelle …Hi, c’était vendredi #2

  12. Totalement d’accord : sans l’école, c’est moins facile !
    Et avec des déménagements aussi fréquents que toi, ça l’est encore moins.

    De mon côté, j’ai des amis de longue date. Du collège et lycée notamment. Et puis comme j’ai fait deux ans de fac ici, y a aussi ceux de la fac. Plus ceux du théâtre comme je pratique activement. (:

    Mes amies de longues dates (avec un e, j’avais plus de coupines au collège), elles ont déménagé et on se voit moins souvent. Mais comme ce sont de vraies amies, même si on ne se voit pas de 3 – 4 mois, les retrouvailles sont toujours les mêmes : l’impression de ne pas s’être quittées. ça, c’est chouette. (:
    Le dernier article de La Grenadine …Des cinnamon rolls, une bonne pizzeria et le dos bloqué.

  13. La Grenadine : Oui c’est l’avantage des « vrai(e)s » ami(e)s. Lorsqu’on se revoit, rien à changer et ça c’est vraiment génial même si on aimerait quand même se voir plus souvent =)
    Le dernier article de P1prenelle …Super Glue Man

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

CommentLuv badge