Le coté obscur de la force

Depuis que Apple a sorti l’Iphone, je l’ai toujours trouvé trop cher et trop « bridé » par rapport aux autres smartphones sur Android.
Autant dire que je regardais la sortie de chaque nouveau modèle d’un oeil circonspect (des gens prêts à camper devant une boutique ? Vraiment ?!!) et que je m’en désintéressait très rapidement.

Les seuls contacts que j’avais avec cet appareil étaient les rares fois où je devais faire quelque chose sur l’iphone de ma mère ou de mon père. 
D’ailleurs je râlais sans cesse après cet OS si peu malléable, si peu personnalisable et où la moindre petite chose (mettre une sonnerie personnalisée par exemple) obligeait à utiliser le logiciel qui est pour moi la pire chose au monde : iTunes.


Le temps a passé, Apple a continué son chemin, sortant iPhone sur iPhone et moi j’ai continué à choisir à chaque renouvellement de mobile, un modèle fonctionnant sous le petit robot vert.

Cependant, si j’était très critique envers l’iphone, il y a bien une chose qui me faisait de l’oeil chez la pomme : le macbook.

Macbook_iphone

Comme la plupart des gens, le premier ordinateur que j’ai touché était sous Windows. Du coup, quand est venu le moment de m’offrir un ordi portable, le prix et la facilité (ou l’habitude), on fait que je me suis naturellement dirigée vers Windows.
Malgré tout, je continuais à rêver à ce bel outil qu’est le Macbook, alors inaccessible pour ma bourse.

Là aussi le temps a passé et Apple a également sorti nouveau Macbook sur (quasi) nouveau Macbook. Quant à moi, je suis restée sous Windows tout en commençant à le maudire de plus en plus.

Windows 8 a été l’élément déclencheur. Je n’en pouvais plus d’avoir un ordinateur qui m’était des heures à s’allumer et qui plantait tout le temps. Je voulais quelque chose de fluide, de rapide, de beau. Je voulais croquer la pomme.

Du coup, lorsque M. l’Ours est revenu de mission fin septembre dernier, ce n’est pas un mais deux Macbook qui ont rejoint notre foyer.
Un Macbook Pro pour M. l’Ours, un Macbook Air (13 pouces – 128go et boosté à 8go de RAM) pour moi.

Totoro_macbook

Le changement a été radical et chaque jour je me réjouis d’avoir la chance d’utiliser une telle machine.

Le souci c’est qu’une fois qu’on a croqué la pomme, il est difficile de n’en prendre qu’une bouchée…

En parallèle, je continuais à utiliser mon LG G2 que je trouvais de plus en plus lent et de moins en moins réactif (lui aussi). Car s’il est vrai qu’Android est personnalisable à souhait, il n’en reste pas moins une sacrée usine à gaz.

L’arrivée de mon Macbook adoré coïncidait (comme par hasard) avec la sortie du dernier smartphone de la firme à la pomme : l’iphone 6s.

Iphone_coque

Au début, je n’y ai pas vraiment prêté attention. Mais dans mon esprit, l’idée de tout « harmoniser » (sous entendu profiter de la complémentarité OS X / IOS) faisait son chemin.

Ou alors on peut aussi dire que j’ai sans grande résistance succombé au talent marketing de la pomme.

Quoi qu’il en soit, j’ai fait une folie et après de longues semaines d’hésitation, j’ai enfin cliqué sur « commander », fait chauffer la CB et je me suis offert un iPhone 6s Or Rose 64go parce que 16go c’est vraiment du foutage de gueule pas assez.

Pourquoi le 6s et pas le 6 puisqu’il y a peu de différence semble-t-il ?

Et bien le 6s parce que tant qu’à faire fumer la CB, autant prendre le dernier modèle.
Et pendant qu’on y est, autant jouer le jeu jusqu’au bout : j’ai l’ai donc pris en Or Rose parce que cette finition n’existe que pour le 6s. Na.

iphone_back

Voilà, je suis passée du coté obscur de la force et même si je trouve toujours que c’est trop cher et que c’est vachement moins personnalisable qu’Android, je m’en accommode plutôt bien, parce que c’est fluide, rapide et beau. Du coup, je vie plutôt bien ma petite trahison sauf pour un truc : vraiment pour un appareil à 859 euros, elle est où cette putain de la led de notification…

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

CommentLuv badge